LE DRAGON ROUGE RUBIS

 

Bente Schlick

 

 

 

LE DRAGON ROUGE

 

 

 

 

Le dragon rouge est le plus cupide de tous les dragons véritables :

il cherche sans cesse à accroître son trésor. Son incroyable vanité,

y compris selon les critères draconiques, se voit dans son port de tête et dans

le dédain qu'il affiche pour toutes les autres créatures.


 

 

Il affectionne les terrains montagneux, mais habite également des régions accidentées

plus basses, comme des collines, des gorges arides et autres sites sur lesquels

il peut se percher pour surveiller son domaine. Sa préférence pour la montagne

l'amène souvent à entrer en concurrence avec les dragons d'argent,

pour qui les dragons rouges vouent une haine passionnée.

En général, les dragons d'argent s'imposent sur les rouges au combat, ce qui ne peut

qu'attiser la rancœur de ces derniers. Les dragons rouges se retrouvent également de temps

en temps en conflit territorial avec ceux de cuivre et ces derniers, plus faibles,

en sont souvent réduits à devoir sauver leur peau.

L'antre du dragon rouge est une immense caverne s'enfonçant dans les entrailles de

la terre. Il apprécie tout particulièrement les grottes qui sont le siège d'une activité volcanique ou géothermique.

6b013b617.jpg

 

Quelle que soit sa demeure, le dragon dispose toujours d'un perchoir non loin,

depuis lequel il supervise son territoire avec arrogance.

Ceux qui habitent un souterrain de type donjon s'établissent dans un Heu surchauffé voire embrasé.

Dans la mesure où les donjons

ne proposent généralement pas de zones élevées offrant une vue

panoramique sur les environs, les dragons rouges qui ont choisi de vivre dans

ce type d'environnement élisent domicile dans des espaces ouverts avec de longs couloirs

pour mieux observer leur voisinage. 

 

1162372658



Deux énormes cornes fuient en arrière depuis le sommet du crâne du dragon

. Elles peuvent être droites ou tordues et présenter

n'importe quelle teinte, de blanc d'albâtre au plus profond des noirs.

Des rangées de petites cornes courent sur le dessus de la tête, ainsi

que sur ses pommettes et sa mâchoire inférieure.

 

77fa6ab7a.jpg



Le museau ressemble à un bec avec une petite truffe et des cornes au niveau du menton.

La langue est fourchue et de petites flammes dansent dans les narines

et les orbites quand le dragon est furieux.

Ses oreilles présentent des franges qui ont tendance à se souder

aux cornes des bajoues avec l'âge. Les dents restent visibles quand la gueule

est fermée et une crête hérissée vers l'arrière descend depuis la partie postérieure

de la tête jusqu'au bout de la queue.

Les petites écailles du dragonnet sont rouge vif. À l'approche de l'adolescence,

les écailles s'assombrissent et se couvrent d'une patine qui les rend plus ternes.

Au fur et à mesure que le dragon vieillit,

elles grandissent, s'épaississent et durcissent, pour

finalement devenir aussi résistantes que le métal. Les pupilles disparaissent

au fil des siècles, à tel point que les yeux des plus vieux

dragons rouges semblent constitués de lave en fusion.

 dbf2a00a7.jpg



Une odeur forte de souffre et de pierre volcanique enveloppe le dragon rouge.

Les ailes du dragon rouges sont les plus longues de tous les dragons chromatiques,

que ce soit par leurs dimensions globales ou

leur taille relative par rapport au corps. Ce caractère est essentiellement dû

à la phalange alaire la plus externe, très longue, qui donne à l'aile un aspect fuselé.

La portion la plus longue de l'aile se situe au niveau du bord de fuite, dont

la membrane s'insère bien en arrière des membres postérieurs, en descendant sur la queue.

Les ailes affichent une teinte bleuâtre ou bleu nuit au niveau du bord de fuite

qui rappelle le métal qui a été exposé aux flammes,

pigmentation également présente sur les crêtes de la créature.

Les grandes cornes de la tête du dragon sont clairement visibles d'en dessous. 

 

 



Le dragon rouge est si avide, féroce, vindicatif et avare que les spécialistes

le considèrent comme le parangon des dragons

maléfiques, opinion partagée par l'ensemble des dragons rouges.

Ces derniers s'estiment représenter les idéaux de la nature et du comportement draconiques,

bien plus que les autres espèces

draconiques, qui n'ont fait que s'écarter de cette pureté.

 

Les plus jeunes affrontent souvent une existence ardue. Leurs écailles d'un rouge

vif les rendent facilement repérables dans la plupart des environnements, c'est pourquoi

ils préfèrent se terrer la journée pour ne sortir que la nuit.

Leurs aînés, en revanche, sont à la fois d'une coloration beaucoup moins criarde

et bien plus conscients de leur statut présumé de personnification du genre draconique.

 

  


Ils restent les plus obsessionnels collectionneurs

de richesses de tous les dragons véritables.

Ils convoitent tout ce qui a la moindre valeur monétaire et se montrent

souvent capables d'estimer à la pièce de cuivre près la moindre babiole et ce, en un clin d'oeil.

Chaque dragon rouge connaît la valeur exacte des objets de son trésor,

ainsi que la date et la manière avec laquelle il a mis la main dessus et leur emplacement

exact dans le gigantesque amoncellement.

Les bardes content de nombreuses histoires de sournois

cambrioleurs provoquant l'ire d'un dragon par le simple larcin d'une breloque.

Ces contes contiennent une grande part de vérité,

du moins en ce qui concerne les dragons rouges. Dans certains cas,

 

 

la réalité surpasse même la légende. Un dragon rouge adulte est capable

de remarquer l'absence de la moindre pièce de son trésor et la rage

qu'une rapine aussi insignifiante peut engendrer dépasse

l'imagination de nombreux conteurs. Le dragon lésé traquera immédiatement

le voleur pour tenter de le tuer sans sommation. S'il n'y parvient pas, le dragon

n'en sera que plus furibond, massacrant et dévastant

tout sur son passage, en particulier dans les villages ou

villes susceptibles d'avoir servi de refuge au cambrioleur.

Tous les dragons rouges sont d'une nature solitaire

et férocement territoriale. Ils gardent constamment un oeil sur d'éventuels intrus ou

sur toute tentative d'empiétement par un autre dragon

. Pénétrer sur le territoire d'un dragon rouge sans

y être invité revient à supplier de se faire attaquer.

 

Pourtant, malgré cette indépendance forcenée, les dragons rouges

cherchent toujours à en savoir plus sur ce qui se passe dans le monde.

Ils se servent souvent de créatures inférieures comme informateurs, messagers et espions

. L'attitude des dragons vis-à-vis de ces serviteurs est toujours condescendante

et ils les dévorent sans scrupules

si les malheureux reviennent avec de mauvaises nouvelles.

 

Les informations sur les autres dragons rouges intéressent particulièrement

le plus puissant des dragons

principalement parce que son propre statut parmi ses pairs reste son souci majeur.

Un dragon rouge qui accepte la défaite ou les affronts

sans réagir voit automatiquement son prestige diminuer,

c'est pourquoi la plupart sont d'un orgueil très chatouilleux et entrent très facilement dans une rage

dévastatrice, les ravages causés pouvant souvent constituer un moyen de restaurer leur rang.

Tous les dragons rouges sont intimement convaincus qu'on n'a le droit de garder quelque chose

que si on est assez fort pour le défendre, règle qui s'applique également à leur espèce.

Il arrive donc que l'un des leurs soit perçu comme faible

par ses congénères qui le condamnent alors sans pitié.

La victime est ensuite attaquée et éliminée et son antre dépouillé. Les relations galantes

entre les dragons rouges peuvent s'avérer hasardeuses, tous les prétendants se considérant

mutuellement comme de dangereux rivaux. En général, la parade nuptiale prend la forme d'un dragon

 

 

prestigieux parmi ses pairs qui cherche à s'attirer les faveurs d'un aîné.

Ce sont bien souvent les femelles qui font la démarche,

mais ça n'est pas une règle absolue.

Le plus jeune des deux dragons est souvent chargé de prendre soin des œufs après la pondaison

. La plupart des dragonnets rouges sont ensuite livrés à eux-mêmes.

Il arrive parfois que deux parents d'âge équivalent s'unissent et élèvent ensemble la progéniture.

Il est rare que deux dragons s'affrontent pour un partenaire amoureux.

La plupart sont en effet assez sages pour savoir que tout combat peut s'avérer fatal

et s'esquivent prudemment quand un rival manifestement plus puissant entre en jeu.

 

 

 



Les dragons sont carnivores par choix, leur nourriture favorite restant la viande humaine ou elfe,

jeune et tendre de préférence. Leur goût pour la chair de jouvencelles est bien connu.

Les dragons eux-mêmes avancent imperturbablement que cette viande est simplement plus savoureuse

. Parfois, ils vont jusqu'à obliger des villageois à leur faire l'offrande régulière de jeunes vierges.

Les dragons rouges sont des combattants sûrs d'eux qui n'envisagent jamais la retraite ou le moindre compromis.

Ils passent des années à élaborer des tactiques de combat qu'ils mettent en pratique dès

qu'ils aperçoivent un ennemi potentiel. Ils préfèrent généralement combattre au sol, étant certes rapides dans les airs,

mais assez peu mobiles dans leurs manœuvres.

 

 

Sur terre, ils s'avèrent beaucoup plus lestes et peuvent démontrer tout leur savoir-faire.

Ils restent aussi d'excellents sauteurs, bondissant ou voletant en plein combat

pour atteindre une position plus favorable à l'exercice de leurs sorts ou de leur souffle.

Tout dragon rouge sait pertinemment que son souffle peut dévaster la marchandise

et y recourt judicieusement pour ne pas incinérer le fruit de la victoire. Malgré sa férocité légendaire,

 

le dragon rouge sait quand il ne doit pas attaquer. S'il pense que son adversaire

est plus puissant que lui, il reportera l'affrontement si les conditions

lui permettent de le faire sans perdre la face.

De la même manière, si son opposant paraît manifestement bien faible, il cherchera plutôt

à le rudoyer ou l'abuser pour en obtenir quelque service ou renseignement.

Dans tous les cas, la créature a le choix entre satisfaire le dragon ou mourir, ni plus ni moins.

Enfin, les dragons rouges ne massacrent pas tous leurs adversaires. Soucieux de leur prestige,

ils préfèrent souvent laisser filer des survivants pour mieux répandre la rumeur de leur victoire.

Voici quelques illustrations de dragons rouges :