DECOUVERTE 2015 RARE


 
 
 
Rarissime: une stèle antique découverte à l'ouest d'Alexandrie

Sylvia Guirand / AllTheContent News Agency
11.03.2015 - 14:29
mise à jour : 12.03.2015 - 09:14
Evaluation
Evaluations: 3
Taille du texte
 
C'est à Taposiris Magma, à l’ouest d’Alexandrie,
qu'une stèle datant du règne de Ptolémée V a été découverte
.
Version contemporaine de la célèbre pierre de Rosette, elle comporte des lignes gravées.
 

L’Egypte antique n’a pas fini de livrer tous ses secrets… A Taposiris Magma, à 45 kilomètre au sud d’Alexandrie,
une équipe d’archéologues a mis au grand jour une stèle couverte de hiéroglyphes. Gravée deux ans après la célèbre pierre de Rosette,
 
elle a été trouvée au cœur des temples dédiés à Isis et Osiris. Dédiée au pharaon Ptolémée V,
 
elle mesurerait 1,5 m de haut, 0,65 m de large et 18 cm d’épaisseur.

Contrairement à la pierre de Rosette, cette nouvelle stèle issue de la dynastie ptolémaïque présente une succession de lignes gravées
 
dans deux écritures différentes (au lieu de trois pour sa grande sœur). Véritable "écriture sacrée", hiéroglyphes et signes démotiques —
un dérivé de l’écriture hiéroglyphe — composent ainsi cette pierre unique.

Selon Mahmoud Mohamed Eldamaty, ministre des Antiquités égyptiennes, plusieurs noms seraient présents à l’intérieur des cartouches de la pierre.
Parmi ceux déjà révélés: le pharaon Ptolémée V Épiphane, Ptolémée IV Philopator (son père), Arsinoé III (sa mère) et Cléopâtre
I (sa sœur-épouse) — différente de la célèbre Cléopâtre VII (69-30 avant J.-C.), maîtresse de César et de Marc Antoine, la dernière reine d’Égypte.

"Ces documents sur support monumental que l’on trouvait sur des stèles, parfois sur des murs, ou à l’entrée des temples,
avaient l’avantage d’être insensibles aux dommages du temps, comme pouvait l’être un papyrus.
 
Ils avaient surtout pour but de sacraliser et pérenniser les actes fondamentaux du pouvoir,
explique l’égyptologue français Pascal Vernus.
Ainsi, quand le texte était jugé n’intéresser vraiment que la population égyptienne, deux versions suffisaient:
en écriture hiéroglyphique et en démotique, ce qui est donc le cas de la stèle de Taposiris Magma."
 

Photo: Ministère des Antiquités du Caire
La stèle de Taposiris